Date de la randonnée : 12 août 2017

Difficulté : Moyen

Pour alimenter en eau potable les dizaines d'îlets du cirque de Mafate, il a fallut développer au fil du temps un réseau de captages et de transport de l'eau se faufilant parfaitement et efficacement entre le relief très escarpé du cirque. Les premiers habitants avaient déjà mis en place un réseau sommaire qui permettait de capter une partie des émergences les plus accessibles, ces captages "pays" furent, par la suite, complétés par d'autres, plus efficaces, et qui ont nécessité des moyens beaucoup plus importants. Parmi ces quelques ouvrages remarquables on peut citer la canalisation Augustave ou encore le captage de la ravine Cimandal. Sur une idée de Laurent Curis, impressionnant chercheur de sentiers et de sorties insolites, qui avait depuis longtemps prévu de s'y rendre et que je remercie chaleureusement, nous nous sommes rendus aux confins de la mystérieuse ravine Cimendal. Située au nord-est de l'îlet de la Nouvelle, cette ravine pérenne prend sa source à proximité du col des Boeufs et de Fourche avant de se jeter dans la rivière des Galets près de 5 kilomètres plus loin juste à côté de l'ancien îlet enseveli de Mafate. Une canalisation fut construite à flanc de falaise et permet  aujourd'hui d'acheminer l'eau de façon gravitaire vers un réservoir situé sur les hauteurs de la Nouvelle. Les deux principales prises d'eau en ravine se trouve vers 1580 et 1645 mètres d'altitude dans le lit de la ravine Cimandal et sont accessibles en longeant les conduites d'adduction. 

La randonnée débute au parking surveillé du col des Boeufs. On entame la descente après une vingtaine de minutes d'échauffement sur la longue piste en gravier de départ. Ce jour là, pluie et brouillard au programme. On rejoint la plaine des Tamarins après une descente rapide et boueuse sur un sentier relativement bien fréquenté, large et entretenu. Les marches de départ se transforment peu à peu en sentier caillouteux, puis le minéral laisse parfois place à des rondins de bois très glissants ou des parties un peu plus terreuses et agréables. Au croisement avec le sentier de Marla, continuer tout droit en direction de la Nouvelle puis bifurquer à droite sur le chemin Charrette juste à côté d'un très joli stand de location de VTT descente. On chemine sur une large piste bordée de Tamarins, très agréable, cet itinéraire est une bonne option pour ceux qui souhaitent atteindre la Nouvelle en prenant leur temps loin du surfréquenté sentier classique. Il faut compter quatre lacets pour rejoindre le départ de la canalisation, au début de la forêt de cryptomérias. 

Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal

Dans le virage bien marqué à gauche, une sente pentue monte dans les racines sur la droite. On arrive à la lisière de la forêt de cryptos, exploitée sans doute par les habitants du coin, sur un sentier bien marqué, les nombreux tuyaux indiquent qu'on est sur le bon itinéraire. On poursuit en suivant la ligne de niveau, le chemin a été creusé dans la pente et est parsemé de petits murets de soutènement en pierre. En quittant la forêt, la canalisation se place en bordure de falaise, on surplombe alors la ravine Cimandal avec des vues inédites sur la vallée qu'on voit habituellement de haut. On reste sans voix devant le travail accompli dans la roche pour creuser, probablement à la main, ce chemin à flanc de falaise. 

Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal

On pénètre progressivement en sous bois, la pente s'adoucie et on contourne par le sud un second fourré de cryptomérias. On se rapproche peu à peu du lit de la ravine Cimandal, le bruit de l'eau se fait plus fort. Ce n'est pas un mais quatre tuyaux en polyéthylène parfois de gros diamètre qui se dirigent vers les captages. Les hauts remparts n'incitent pas à rejoindre la plaine des Tamarins par là et on peut très bien imaginer les difficultés rencontrées à l'époque par les prospecteurs pour accéder au site quand le sentier actuel n'existait pas encore. 

A la fin d'une ligne droite le captage principal se découvre enfin. L'ouvrage se trouve en rive gauche et recueille, par déviation, une partie de l'écoulement du lit mineur.

Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal

Pour atteindre les captages amonts il suffit de suivre les conduites d'adduction, le cheminement est, de suite, plus compliqué. Apprécier un remarquable ouvrage pays à quelques mètres des deux tuyaux principaux puis continuer en recherchant le meilleur passage. On rejoint très vite le lit de la rivière qu'il faudra suivre jusqu'à l'ouvrage de réception le plus lointain. La progression est lente et humide sur des roches savonnettes mais la beauté de la vallée fait oublier ce désagrément. On atteint alors l'ouvrage en rive gauche dans les herbes. La prise d'eau se trouve un peu plus haut mais il faudrait encore se frayer un chemin dans la végétation et rechercher le tuyau bien caché sous les feuilles pour y arriver, chose que nous n'avons pas faite. Le retour se fait par le même itinéraire. 

Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal

Une fois au chemin Charrette, prendre à droite en direction de la Nouvelle. La piste traverse une très jolie forêt de cryptomérias. On surplombe le plateau Wloody qu'on rejoindra un peu plus tard, les vues sur les pitons environnants se multiplient. Après la barrière en bois un sentier part sur la gauche et permet de rejoindre le sentier principal. Un peu plus loin on surplombe le village de la Nouvelle devenue une véritable petite ville. Au prochain croisement prendre à droite sur le sentier du tour de l'îlet. On continue ensuite vers le superbe belvédère sur le Bronchard et Roche Plate, la vue est grandiose sur la vallée de la rivière des Galets. L'ancien îlet de Mafate est visible en contrebas, enseveli sous un énorme éboulis, on devine assez bien les restes de l'ancien sentier. 

En remontant ne pas hésiter à découvrir l'îlet de la Nouvelle plus en détail, bien animé en ce weekend de vacance. L'endroit incite à la détente surtout si il fait beau. La remontée jusqu'au col des Boeufs se fera par l'itinéraire classique. 

Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Le captage de la ravine Cimandal Le captage de la ravine Cimandal
Retour à l'accueil