Date de la randonnée : 2 Octobre 2016

Difficulté : Difficile

Le Grand Étang, un lac mythique de la Réunion. Plusieurs sentiers permettent de s'en approcher ou d'en avoir des vues, on peut citer le mythique tour de Grand Étang ou encore le point de vue accessible depuis la Plaine des Palmistes. Un sentier fut créé pour atteindre le lieu dit "La Fenêtre" abritant les poteaux haute tension du réseau EDF soutenant les câbles en provenance directe de la centrale de Takamaka. Ce lieu permettait de bénéficier d'une vue unique et pour le moins très originale sur la vallée de Takamaka et le Grand Étang. Hélas le temps, le manque d'entretien et de considération eurent raison de ce tracé disparu de toutes les cartes depuis 1985, le sentier, lui, continua d'exister, nous voici donc sur ses traces. 

Cette difficile sortie s'adresse aux plus motivés : la pente est parfois très forte et le sentier en mauvais état, il faut escalader les racines et la végétation, le sol est très friable et glissant, enfin le contournement vers les pylônes se fait sur une très légère trace qu'il est facile de perdre. 

Le journée commence au parking de Grand Etang. La piste caillouteuse mène en une dizaine de minutes au point de vue sur le lac, il faut ensuite poursuivre sur le sentier de droite qui permet d'en faire le tour. En une vingtaine de minutes on atteint le départ de la trace qui nous mènera jusqu'à l'arrête. Pour le repérer, il faut chercher dans la zone située sous les câbles électrique un discret sentier qui s'enfonce dans la végétation sur la droite juste à coté d'une gros pied de jamrosats (voir photo ci-dessous).

La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang

On chemine sur une trace au milieu des fougères (christelle dentée) et des jamrosats qui rejoint une zone de vigne maronne, la traverse et débouche en face d'une falaise verticale impossible à franchir, il faut prendre à droite et longer la parois avant de commencer à grimper après être passé sous un gros tronc. A partir de là, la pente s'accentue brutalement et c'est sur ses mains qu'il faut le plus compter pour pouvoir progresser sur une pente très forte où des racines et  des troncs bien placés permettent d'avoir quelque chose à tenir.

On monte de plus en plus, la progression se fait tantôt dans des fourrés de sabres marrons, tantôt dans une végétation plus robuste. Plusieurs câbles sont présents et aident à monter dans les portions les plus raides et dénuées de prises, leur utilité se fait le plus sentir en descente. 

On arrive au pied d'une très vieille échelle juste après un très long câble, la rouille n'a pas encore totalement eu raison d'elle. Ça doit bien faire plus de trente ans qu'elle est là, elle est brisée et ne tiendra plus encore très longtemps. Une corde est présente pour contourner cette relique. 

La vieille échelle  et le sentier. La vieille échelle  et le sentier. La vieille échelle  et le sentier.
La vieille échelle  et le sentier. La vieille échelle  et le sentier. La vieille échelle  et le sentier.

La vieille échelle et le sentier.

On grimpe de plus en plus, quelques portions du Grand Étang se dévoilent à travers de minuscules trouées. Peu après une corde à noeuds, le sentier bifurque à droite (prendre garde à ne pas continuer tout droit), puis remonte un peu plus loin dans un petit couloir d'éboulis. La végétation change alors progressivement, les sabres marrons se font plus présent. Après une dernière montée on atteint l'arrête séparant le Grand Étang de la vallée de Takamaka. 

La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.
La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.

La pentes est très forte mais n'est pas forcément mesurable sur les photos.

Fraîchement arrivé sur l'arrête, les vues sur les alentours sont déjà inédites. La crête séparant le Grand Étang de Takamaka est assez étroite sur cette première portion. La trace continue le long de l'arrête et s'élève quelques dizaines de mètres plus loin, les deux passages les plus raides sont pourvus de câbles. On arrive alors a un magnifique point de vue sur l'étang en contrebas. 

La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang
La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang

Le sentier descend ensuite sur une pente raisonnable pour rejoindre le bord de l'arrête. Il parcourt une zone boisée relativement plate. On arrive au pied d'un petit mamelon qu'il faut contourner par la gauche sur une trace assez peu visible. Le cheminement jusqu'aux pylônes se fait le plus souvent à l'instinct car la végétation est dense et les passages sont rares. Si on a bien suivi les quelques traces existantes, on arrive alors à la fenêtre de Grand Etang.

Ces trois immenses pylônes se tiennent là depuis des dizaines d'années. C'est la ligne 63 kV qui relie Takamaka au Tampon. La vue en ce point n'est pas terrible et il faut redescendre quelques mètres pour pourvoir apercevoir la vallée de Takamaka. Le point de vue vaut le détour, en un regard on peut distinguer les cascades Gingembre, Surplomb et Arc en ciel, le funiculaire de Takamaka, Pk16, le col des Songes et bien sûr la plateforme de l'usine hydroélectrique.

Après avoir profité du paysage il est temps de redescendre, un descente délicate sur un sol très friables où il vaut mieux bien regarder où on met les pieds. 

La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang
La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang
La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang La fenêtre de Grand Étang
Retour à l'accueil