Du Ouaki au Pavillon de Cilaos

Date de la randonnée : 12 Août 2016

Difficulté : Facile

Voici une superbe boucle à faire dans le sud : la remontée du Bras de Cilaos jusqu'au Pavillon à partir du radier du Ouaki. Il est possible de faire cette randonnée en aller/retour mais l'intérêt serait moindre. Je suis aujourd'hui avec la très sympathique et conviviale équipe de "Hors des Sentiers Battus", nous sommes 9 au total pour cette sortie. Le but de la boucle d'aujourd'hui est de remonter le Bras de Cilaos jusqu'au Pavillon, de prendre le bus redescendant sur Saint-Louis et d'emprunter le sentier qui rejoint le radier du Ouaki à partir du quartier de la Rivière. Une rando facile, aquatique et ludique accessible à tous (minimum de condition physique requise).

La journée commence au parking de l'aire de pique nique du Ouaki, l'échauffement consistera à atteindre le radier en lui même. Nous nous dirigeons vers le pont métallique enjambant le Bras de la Plaine pour emprunter le petit sentier boueux qui atteint la rivière. Même si il est possible d'éviter de se mouiller les pieds jusqu'à là, ici plus le choix, il faut traverser à gué et tremper les mollets. Le pont passe juste en dessus, on peut admirer l'architecture du tablier et apprécier le "calme" qui y règne. Une fois sur l'autre rive le cheminement jusqu'au radier est instinctif et logique puisqu'il faut remonter le lit de la rivière.

Le trajet à faire (carte), le passage du Bras de la Plaine (2) et le Bras de Cilaos peu avant son point de confluence avec le Bras de la Plaine (3).Le trajet à faire (carte), le passage du Bras de la Plaine (2) et le Bras de Cilaos peu avant son point de confluence avec le Bras de la Plaine (3).Le trajet à faire (carte), le passage du Bras de la Plaine (2) et le Bras de Cilaos peu avant son point de confluence avec le Bras de la Plaine (3).

Le trajet à faire (carte), le passage du Bras de la Plaine (2) et le Bras de Cilaos peu avant son point de confluence avec le Bras de la Plaine (3).

Une fois au radier du Ouaki la progression se fait aléatoirement, il n'y a pas de chemin tracé, le but est de suivre le lit du Bras de Cilaos jusqu'au Captage du Pavillon. Jusqu'à l'Îlet Furcy le lit de la rivière est très large, de petits îlets, quelques fois encore habités, se trouvent de part et d'autre des berges comme l'îlet Rond ou l'Îlet Rolland. Dans le rempart de gauche on distingue quelques fois le canal des Aloès, construit dans les années 1830, il servait à irriguer le domaine sucrier de la Chapelle. Après la mise hors service des infrastructures auxquels il était dédié suite au cyclone de février 1932, le canal des Aloès continua d'alimenter en eaux les champs de cannes de la Rivière Saint-Louis jusqu'en 1985.

Au niveau de la Roche Suspendue, on peut constater les dégâts causés par la rivière aux murs et habitations construits un peu trop près des berges. On passe devant le sentier du Coteau Sec qui monte vers l'Entre Deux, le départ est marqué d'une trace de peinture jaune. Plus loin, du côté de l'Îlet Rond, on peut apprécier les constructions artisanales d'un petit et poussiéreux "camp marron" juste au bord des berges en rive droite.

Une idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet FurcyUne idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet FurcyUne idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet Furcy
Une idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet FurcyUne idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet FurcyUne idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet Furcy

Une idée du cheminement dans le lit jusqu'à l'Îlet Furcy

Au détour d'un coude, juste après l'Îlet Rond, on aperçoit la passerelle de l'Îlet Furcy. Lorsqu'une voiture la franchit, une douce mélodie métallique résonne dans une bonne partie de la vallée ,mais, plus particulièrement, juste en dessous de l'ouvrage. La route est juste à gauche le long de la falaise. A partir de là, le lit de la rivière va progressivement se resserrer et les blocs vont devenir de plus en plus gros, logique, puisque les petites roches sont plus facile à charrier et vont donc se retrouver plus loin lors des épisodes de crue. On remarque d'anciennes piles de pont assez imposantes pour soutenir un ouvrage conséquent, il s'agit probablement de l'ancienne route de Cilaos. D'après leur orientation, il semblerait que la route passait par l'Îlet Furcy avant de franchir à nouveau la rivière et rejoindre l'emplacement de l'aire de pique nique actuel.

La progression au niveau de l'Îlet Furcy.La progression au niveau de l'Îlet Furcy.La progression au niveau de l'Îlet Furcy.
La progression au niveau de l'Îlet Furcy.La progression au niveau de l'Îlet Furcy.La progression au niveau de l'Îlet Furcy.

La progression au niveau de l'Îlet Furcy.

On passe derrière l'aire de pique nique au pied de l'Îlet Long, l'endroit est généralement fréquenté mais de si bonne heure personne n'oserait s'aventurer dans l'eau froide. Plus loin le lit se resserre un peu pour passer juste à côté d'un petit piton au pied de l'Îlet Cafres. L'endroit donne un léger aperçu de la suite au niveau du Petit Serré. Le lit s'élargit à nouveau et on peut prendre conscience, à la vue d'un énorme mur moellon, des imposants travaux entrepris pour la consolidation de la route. Deux coudes plus loin on arrive à l'Îlet Alcide Ti Charles.

Avant d'arriver à l'Îlet Alcide Ti Charles.Avant d'arriver à l'Îlet Alcide Ti Charles.
Avant d'arriver à l'Îlet Alcide Ti Charles.Avant d'arriver à l'Îlet Alcide Ti Charles.

Avant d'arriver à l'Îlet Alcide Ti Charles.

Au niveau de l'Îlet Alcide Ti Charles une vieille passerelle est en vue. Du dessous ce n'est que du bric-à-brac : de vieux morceaux de bois, de fer, de métalliques, de plaques de tôle, le tout reposant sur deux câbles en acier. Nous ne résistons pas à l'envie de l'emprunter. Un petit sentier monte jusqu'à la piste en rive droite et atteint l'ouvrage péi. A première vue c'est solide. Martial se lance le premier, ça bouge un peu mais ça ne casse pas, c'est tout bon ! Il y a la queue pour passer sur ce vestige et trésor du patrimoine réunionnais. L'ouvrage repose sur de vieilles piles de pont, c'est le même topo que tout à l'heure, la route de Cilaos passait autrefois par cet Îlet.

La vieille passerelle. La vieille passerelle.
La vieille passerelle. La vieille passerelle.

La vieille passerelle.

Une fois le "test" terminé, nous laissons la passerelle et continuons la remontée. Au dessus de nous, plusieurs tuyaux franchissent la rivière suspendus à des câbles et sen vont vers les différents captages de la zone. Des gorges se profilent. Sur la droite on rencontre une grotte dite de La Caverne qui peut se visiter en faisant un petit crochet sur un sentier montant dans la végétation à côté d'un éboulis. De nombreux nids d'hirondelles tapissent le plafond de la grotte.

Les gorges qui se profilent et la fameuse grotte.Les gorges qui se profilent et la fameuse grotte.Les gorges qui se profilent et la fameuse grotte.

Les gorges qui se profilent et la fameuse grotte.

Le lit se resserre de plus en plus. Bientôt les berges disparaissent et on chemine au milieu de deux hautes et étroites falaises au pied du Petit Serré. De petits filets d'eau dégouline le long des parois. Malgré l'étroitesse des lieux le courant n'est pas très fort, on peut aisément avancer. Au dessus de nous se trouve une mystérieuse passerelle, mais où peut elle bien mener ? Surement à l'Îlet Bois Rouge. La fin des gorges est en vue, un dernier passage nous immerge jusqu'à la taille. Il est impensable de passer ici en saison des pluies, aujourd'hui, presque en saison sèche, nous avons réussi à passer sans difficulté, il devient dangereux de traîner par ici en février ou janvier, période où la météo est très capricieuse.

Les gorges du Petit Serré. Les gorges du Petit Serré. Les gorges du Petit Serré.
Les gorges du Petit Serré. Les gorges du Petit Serré. Les gorges du Petit Serré.

Les gorges du Petit Serré.

A partir de là et jusqu'au Pavillon, le cheminement n'est qu'une alternance de traversée de rivière et marche sur galets dans un paysage chaotique. Le soleil commence à bien taper sur la pierre, il fait un peu chaud, heureusement que les nombreux passages dans l'eau sont rafraîchissants.

La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos. La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos. La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos.
La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos. La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos. La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos.

La progression jusqu'au Pavillon de Cilaos.

Nous arrivons au Pavillon. Au détour d'un petit coude le pont est en vue. Nous progressons jusqu'au captage. Pour sortir du lit de la rivière il faut, au niveau du point de confluence, suivre le lit du Petit Bras de Cilaos. Un escalier commence à droite du pont. En tout, jusqu'ici, la remontée aura pris 5h30.

Nous partons en quête d'une "salle à manger" et trouvons le coin idéal sous les arbres sur les berges du Grand Bras de Cilaos. Au menu : massalé Porc, un régal signé René !

Le captage du Pavillon et le cari du midi.Le captage du Pavillon et le cari du midi.Le captage du Pavillon et le cari du midi.
Le captage du Pavillon et le cari du midi.Le captage du Pavillon et le cari du midi.Le captage du Pavillon et le cari du midi.

Le captage du Pavillon et le cari du midi.

Une fois le ventre bien remplis nous prenons le bus de 14h31 en direction de Saint-Louis. Nous descendons à l'arrêt situé au niveau de l'école et suivons vers le sud le chemin du Docteur Schweitzer. Nous prenons la première rue à gauche (rue Pigas) que nous suivons jusqu'au stop, nous continuons enfin à droite jusqu'au stade. Le sentier qui descend vers le Ouaki commence juste à côté (rue Vergal). Le sentier est très bien entretenu, c'est un long escalier en pierre qui débouche dans le dernier virage du Ouaki. Une fois atteint, nous rejoignons le radier et faisons le chemin inverse jusqu'à l'aire de pique nique.

C'est avec les baskets trempés que nous finissons cette journée, ce fut une très belle et originale ballade.

Le sentier vers le Ouaki (1), le canal des Aloès (2). Le sentier vers le Ouaki (1), le canal des Aloès (2).
Le sentier vers le Ouaki (1), le canal des Aloès (2). Le sentier vers le Ouaki (1), le canal des Aloès (2).

Le sentier vers le Ouaki (1), le canal des Aloès (2).

Retour à l'accueil